Programme musiques actuelles janvier > avril 2020

Programme « musiques actuelles » JANVIER > AVRIL 2020 à feuilleter ci-dessous :
Photo : Sébastien Fayard

ÉDITO
« En faisant des trucs », La Gare revient pour cette nouvelle saison, à l’essentiel, l’essentiel des mots témoignages sonores et visuels de la pensée humaine. Propre à notre espèce, le langage articulé confère le pouvoir de conceptualiser le monde qui nous entoure, de l’analyser mais surtout la puissance d’échanger et d’agir à plusieurs, de mettre en communs des idées, de faire corps, ensemble. Faire ensemble c’est aussi prendre le temps, le temps de refuser les pensées toutes faites, le temps d’interroger nos expériences et nos connaissances.

Notre univers aussi a pris le temps ; Il a fallu que toute cette matière, de la plus grande à la plus petite, des galaxies aux électrons, s’organise, évolue sur des milliards d’années pour qu’aujourd’hui, nous soyons en mesure de dire « j’existe » ou « je mange un morceau à La Gare ». Il a fallu des milliards d’années pour que les hommes se parlent et disent un jour, ensemble : « tous les être humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et doivent agir les uns avec les autres dans un esprit de fraternité ». Oui, ils l’ont dit, ce n’est pas une utopie, c’est écrit mais ce n’est pas acquis. Nous devons encore parler, discuter, échanger et agir ensemble pour le commun afin que cet article de la déclaration des droits de l’homme et l’ensemble des autres, écrits ou encore à écrire, deviennent réalité.  Penser l’homme aujourd’hui, et son avenir, c’est ne pas oublier ce long processus de déploiement du vivant parmi lequel il vit aujourd’hui, un TOUT dont il est urgent de prendre le temps de soigner.

Nous entrons dans une époque où les humains ne sont plus au centre du monde ; leur histoire est rattrapée par le temps géologique et leurs milieux se transforment. Cohabiter, c’est prendre soin des écosystèmes auxquels nous appartenons, c’est repenser les communs pour écrire de nouvelles histoires avec les autres espèces ; étendre le champ des relations sociales au-delà de la sphère humaine.
Il fut une époque où les croyances dans le mythe salvateur des lendemains qui chantent nous portaient; aujourd’hui, à l’heure de la triple crise environnementale, il nous faut un autre horizon. Autre chose que de défendre le statu quo de telle ou telle catégorie (dont les nôtres) : bien au-delà.

Alors soyons audacieux et courageux, déconstruisons nos croyances pour en permettre de nouvelles ; un monde viable et juste est à portée de mains, à portée de mot, à portée musicale ! Luttons, cohabitons, oui, mais dans la joie et en chantant !  *

* selon Darwin, un « protolangage musical » est à l’origine du langage, le fait de chanter ensemble pour affirmer la cohésion sociale du groupe.


L’équipe de La Gare